The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Perspective

En quête de valeurs pour une époque de transition — [Note de la rédaction : Le texte ci-dessous est un extrait de la déclaration rédigée par la Communauté internationale bahá’íe à l’occasion du 60ème anniversaire de l’Organisation des Nations Unies.
(Revue n° 55-56, 2007)

L’extrême pauvreté : un défi à relever — Aussi loin que l’on puisse se souvenir, tous les peuples, même les plus bienveillants, ont écarté le problème de l’extrême pauvreté, trop accablant, trop vaste et trop complexe.
(Revue n° 53-54, 2005)

Aucun Etat n’est une île : il faut repenser l’idée de sécurité collective — L’Etat-nation moderne a été fondé en partie sur l’idée que les populations qui vivent à l’intérieur de ses frontières seront plus en sécurité si elles s’unissent contre les menaces extérieures.
(Revue n° 53-54, 2005)

Action individuelle et action sociale — Le texte ci-après est tiré d’un article plus complet paru en langue anglaise dans l’édition 2002-2003 de l’ouvrage « Bahá’í World ».
(Revue n° 49-50, 2004)

L’éthique de la mondialisation
Une perspective bahá’íe
— Le texte suivant est tiré d’un discours prononcé par le professeur Suheil Bushrui [Voir profil sous le titre « De la littérature à la paix » dans le même numéro] le 11 juin 2003 à Bruxelles à l’occasion d’une exposition présentée par la Communauté Internationale Bahá’íe au Parlement européen [Voir article sous le titre « Expositions jumelles au Parlement européen » dans le même numéro].
(Revue n° 49-50, 2004)

Famille et développement — De tous temps et dans toutes les cultures, la famille a toujours été le ciment de la société et son principal facteur de cohésion.
(Revue n° 49-50, 2004)

Le terrorisme et la fin de l’ordre ancien — Des bombes déposées dans des voitures en stationnement explosent près de marchés animés.
(Revue n° 47-48, 2003)

La maladie moderne — Lorsque les spécialistes en sciences sociales s’interrogent sur les besoins élémentaires de l’homme, ils commencent habituellement par énumérer des éléments matériels : l’air, l’eau, la nourriture et un toit.
(Revue n° 47-48, 2003)

Religion et développement à la croisée des chemins : convergence ou divergence ? — Le texte ci-dessous est une version légèrement abrégée de la déclaration de la Communauté internationale bahá’íe au Sommet mondial de Johannesbourg sur le développement durable.
(Revue n° 45-46, 2003)

Croyance et tolérance : des lumières au milieu des ténèbres — Note de la rédaction : Le texte ci-après est tiré d’une déclaration intitulée « Croyance et tolérance : des lumières au milieu des ténèbres » présentée par la Communauté internationale bahá’íe à la Conférence consultative sur l’éducation scolaire à propos de la liberté de religion et de croyance, la tolérance et la non-discrimination (Madrid 23-25 novembre 2001).
(Revue n° 44, 2002)

Réflexions sur les élections — La question des élections, qui est à la base de tout système de gouvernance, est aujourd’hui une question fondamentale.
(Revue n° 42-43, 2002)

Relier les droits de l’homme et le développement — Alors que les dirigeants cherchent à faire preuve d’imagination pour résoudre les problèmes mondiaux complexes, l’idée s’impose progressivement qu’il convient de faire converger les diverses politiques et les domaines d’action.
(Revue n° 41, 2001)

La religion et l’amélioration de la condition de la femme
Note de la rédaction : L’article ci-après est paru pour la première fois dans un opuscule publié par la Communauté internationale bahá’íe, à l’occasion de la Quatrième conférence mondiale sur les femmes de 1995, et intitulé « La grandeur qui pourrait être la leur ».
(Revue n° 40, 2000)

Le nouveau mouvement invisible — L’une des caractéristiques des temps modernes est que tout change très rapidement.
(Revue n° 38-39, 1999)

Écrire L’avenir : Réflexions sur le 20ème siècle
Le texte ci-après est tiré d’une déclaration intitulée « Ecrire l’Avenir : Réflexions sur le 20ème siècle » publiée en juin 1999 par le Bureau d’information publique de la Communauté internationale bahá’íe.
(Revue n° 37, 1999)

Un monde, une monnaie — Les crises monétaires qui, ces dernières années, ont secoué notamment le Mexique, le Brésil, la Russie et l’Asie du Sud-est, ont montré la fragilité du système financier international.
(Revue n° 36, 1999)

Une ère nouvelle, une morale nouvelle, des dirigeants nouveaux — Parler d’ « autorité morale » dans le monde d’aujourd’hui semble être paradoxal.
(Revue n° 34-35, 1998)

Le fondement spirituel des droits de l’homme — Note de la rédaction : Le texte ci-après est adapté d’un discours liminaire prononcé le 15 novembre 1997 par le Professeur Suheil Bushrui à la 21ème conférence annuelle de l’Association pour les études bahá’íes.
(Revue n° 33, 1998)

La spiritualité et le développement
Note de la rédaction : le texte ci-après est tiré d’un document intitulé : « Valorisation de la spiritualité dans le développement : Considérations initiales concernant la mise en place des indicateurs spirituels pour le développement » présenté par la foi bahá’íe au « Dialogue fois mondiales et développement », les 18 et 19 février 1998 à Londres [Voir article sous le titre « Une réunion inhabituelle entre banquiers et croyants » dans le même numéro].
(Revue n° 31-32, 1998)

Les exigences de la mondialisation — Les milieux internationaux sont engagés dans un grand débat sur la mondialisation et se posent la question de savoir si ce phénomène est bon ou mauvais.
(Revue n° 30, 1997)

Le devoir d’éducation morale — La question de l’éducation morale est posée dans les termes suivants : les camps de la mort et les campagnes de purification ethnique et raciale auraient-ils existé si le sens moral avait été plus développé ?

Par delà ces exemples dramatiques, un coup d’œil aux préoccupations mondiales du moment suffit pour nous montrer qu’il faut encore mettre l’accent sur le développement, en chaque individu, d’un guide intérieur, d’une vision éthique.
(Revue n° 29, 1997)

La montée de la société civile — La floraison soudaine d’innombrables mouvements et organisations qui militent en faveur d’un changement de société aux niveaux local, régional et international est peut-être le phénomène social majeur de notre époque.
(Revue n° 28, 1997)

Le microfinancement : un outil puissant au service de la transformation sociale — Recherchant des mesures pratiques pour réduire la pauvreté et ses effets démoralisants sur les hommes et la planète, le microfinancement offre un ensemble d’outils performants au service du développement économique et social.
(Revue n° 27, 1997)

L’importance de l’agriculture — La civilisation a pris naissance avec l’agriculture : lorsque nos ancêtres nomades ont commencé à se fixer et à produire leur propre nourriture, la société humaine a définitivement changé.
(Revue n° 26, 1996)

Des communautés viables dans un monde en pleine intégration
Note de la rédaction : L’éditorial ci-après est une adaptation d’une allocution prononcée par la Communauté internationale bahá’íe à la séance plénière de la Conférence des Nations Unies sur les établissements humains (Habitat II) à Istanbul (Turquie), le 7 juin 1996.
(Revue n° 24-25, 1996)

Science, religion et stratégie pour le développement mondial — Note de la rédaction : La perspective exposée ci-après est extraite d’une déclaration plus longue, intitulée « Vers une Humanité Prospère », et a été publiée au début de l’année dernière par la Communauté internationale bahá’íe à l’occasion du Sommet mondial pour le développement social.
(Revue n° 23, 1996)

Tournant pour les nations — Le XXe siècle, l’une des périodes les plus tumultueuses de l’histoire humaine, a été marqué par une multitude de crises, de révolutions et de revirements spectaculaires.
(Revue n° 22, 1995)

Les femmes et la paix — Alors que l’humanité est entrée dans une ère de paix durable et que la prospérité du monde se concrétise enfin, les historiens désigneront sans doute les années 1990 comme l’une des périodes les plus fécondes à cet égard, en ce sens qu’elles ont jeté les bases d’un monde nouveau.
(Revue n° 21, 1995)

Vers une humanité prospère — La déclaration ci-après a été présentée au Sommet mondial pour le développement social par la Communauté internationale bahá’íe, le lundi 6 mars 1995, le premier jour du Sommet.
(Revue n° 20, 1995)

La vision mondiale de Richard St. Barbe Baker — L’un des plus visionnaires des premiers écologistes, Richard St Barbe Baker a parcouru le monde à partir de la fin des années 20 jusqu’au début des années 80.
(Revue n° 19, 1994)

De l’unité et de la diversité — Prix Nobel de la paix, l’archevêque Desmond Tutu a été cité récemment; il a affirmé que l’Afrique du Sud est en quelque sorte un microcosme du monde, qui englobe toutes les grandes questions mondiales, celles des blancs et des noirs, des riches et des pauvres, des peuples industrialisés et ceux en voie de développement.
(Revue n° 18, 1994)

Equilibrer les valeurs familiales — GENEVE — Dans une des plus fortes déclarations jamais faites par une Organisation des Nations Unies, la Sous-commission pour la prévention de la discrimination et la protection des minorités a déclaré au mois d’août qu’elle « est très inquiète au sujet des violations continuelles des droits de l’homme par la République islamique d’Iran », en particulier en ce qui concerne « la répression systématique de la Communauté bahá’íe ».
(Revue n° 17, 1994)

Les hommes et les femmes en tant que partenaires — L’article principal dans ce numéro parle d’un projet innovateur de développement qui a essayé de promouvoir le bien-être économique et social en améliorant, tout d’abord, le statut des femmes.
(Revue n° 16, 1993)

La citoyenneté mondiale : Une éthique globale pour un développement durable — Le texte ci-après est une version résumée d’un document présenté par la Communauté internationale bahá’íe à la Commission du développement durable.
(Revue n° 15, 1993)

Le Congrès et l’Alliance — Le Congrès mondial bahá’í 1992 peut être comparé à un rite de passage pour la communauté mondiale bahá’íe.
(Revue n° 13, 1993)

Le plus grand défi — La déclaration ci-après a été lue à la séance plénière de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED) à Rio de Janeiro le 4 Juin 1992 par Mme Hanju Kim-Farley, représentante de la Communauté internationale bahá’íe.
(Revue n° 12, 1992)

La vision unificatrice de Bahá’u’lláh — A la veille du troisième millénaire, le genre humain se voit confronté à l’impérieuse nécessité de trouver une approche cohérente et harmonieuse de la nature de l’homme et de la société.
(Revue n° 11, 1992)

Nécessité d’une législation internationale de l’environnement — A Genève, en août dernier, la déclaration suivante fut présentée par la Communauté internationale bahá’íe au Comité préparatoire des Nations Unies pour la Conférence sur l’environnement et le développement (CNUED).
(Revue n° 10, 1992)

Des principes spirituels et du progrès social — Les articles de One Country font souvent référence à l’application de principes spirituels dans des projets de développement, des instituts éducatifs, ou des efforts de promotion de la paix et de la préservation de l’environnement.
(Revue n° 9, 1991)

Vers un nouvel ordre Mondial — Avec une rapidité que seules nos communications modernes peuvent engendrer, l’expression « nouvel ordre mondial » est brusquement entrée dans le langage courant universel.
(Revue n° 8, 1991)

Changement et prise de décision — Le changement rapide est peut-être la principale caractéristique du monde d’aujourd’hui.
(Revue n° 7, 1991)

La promesse de la paix mondiale — Dire que la paix mondiale se profile à l’horizon n’étonne plus personne ou presque.
(Revue n° 5, 1990)

Fin des conflits ethniques et raciaux — Pouvons-nous vivre en harmonie avec des représentants d’autres groupes ethniques ?

La question est d’une actualité brûlante.
(Revue n° 6, 1990)

Encourager la participation de la population — Malgré des milliards de dollars d’aide, des centaines de milliers d’heures de travail, et un océan de bonnes intentions, de nombreux pays sont dans une plus mauvaise situation qu’il y a 30 ou 40 ans, avant le début des programmes de développement intensifs de type occidental.
(Revue n° 4, 1990)

Un cadre universel pour les problèmes de l’environnement — Après des années d’inattention, le monde semble enfin s’éveiller à l’ampleur des problèmes auxquels notre environnement est confronté.
(Revue n° 3, 1990)

Mettre fin aux conflits religieux — Face aux nombreux et graves problèmes auxquels est confrontée l’humanité, il faut parfois que survienne un événement dramatique pour que l’attention du monde se focalise sur un problème déterminé.
(Revue n° 2, 1989)



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 23/07/2017