The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 10, 1992

Verdun, lieu de martyre, devient Centre de paix et de réconciliation entre les peuples

VERDUN, France — Septembre 1988, Javier Perez de Cuellar, alors secrétaire général des Nations Unies, inaugurait le futur Centre mondial de la paix, des libertés et des droits de l’homme.

« Verdun, dont le nom est tragiquement devenu symbole de l’absurdité des guerres... Ces croix de bois... Qui ne saurait entendre les lamentations de douleur qui s’en élèvent encore : “plus jamais de guerre, plus jamais le martyre de l’homme par l’homme, plus jamais Verdun” », déclare Javier Perez de Cuellar.

« Le Centre entend démontrer au plan international que Verdun, au delà du symbole de sacrifice et de souvenir, affirme sa volonté d’être le lieu de la réconciliation et de la paix entre les peuples », rappelle le sénateur Rémi Herment, président du Centre mondial de la paix, des libertés et des droits de l’homme. « Le Centre constitue une démarche tournée vers l’avenir », devait-il ajouter.

Situé dans le magnifique palais épiscopal du XVIIIème siècle qui domine la ville de Verdun, l’ensemble accueillera un lieu international de rencontres, un centre de recherche et le musée de la paix.

« Tel est bien le souci de ceux qui sont à l’origine de ce nouveau Centre mondial à double vocation : inciter à la réflexion sur le passé en ouvrant le premier musée historique de la paix ; construire la paix en favorisant les rencontres interna­tionales et en abritant les villes de la paix », dit Javier Perez de Cuellar.

Ce sera un lieu privilégié, constitué d’un ensemble d’activités et de réflexions d’études, d’échanges et de documentation sur l’histoire et la pratique des libertés, la montée irrésistible des droits de l’homme dans le monde ainsi que tout ce qui a favorisé, jusqu’à maintenant, la défense et l’instauration de la paix.

Le Musée de la paix, “de la paix vécue”, le premier à décliner l’évolution pacifique de l’humanité, regroupera des collections illustrant les hommes, les philosophies, les organismes et les actions qui au cours de l’histoire symbolisent les efforts rencontrés par les uns et les autres dans leur volonté de rapprochement des communautés.

Il est souhaité qu’au delà des recherches menées par Pierre Noël, directeur du projet, et Marie-Odile de Bary, muséologue chargée de l’étude, une telle réalisation soit confortée par des suggestions de contenus et d’orientation venant de toute part et que le musée soit le lieu de rassemblement de collections, de donations privées et institutionnelles de toutes origines. L’ouverture du musée est prévue pour la fin de l’année 1993.

« Rassemblant dans le meilleur consensus les collectivités territoriales, l’Etat français et la Communauté européenne, ce projet est une nécessité internationale », dit le sénateur Rémi Herment.

L’appui manifeste des Nations Unies, du Conseil de l’Europe, du Sénat français ; la bienveillante attention accordée par le Pape Jean-Paul II et celle de Mère Teresa ; la visite sur le site du Premier ministre français, Mme Edith Cresson et du ministre de la famille de la République fédérale d’Allemagne, Mme Hannelore Rönsh ; la caution morale apportée par de nombreuses personnalités parmi lesquelles M. Vaclav Havel, président de la République Tchèque et Slovaque, Mme Rúhíyyih Rabbaní, figure éminente de la communauté mondiale bahá’íe, le prince Sadruddin Aga Khan, délégué général du secrétaire général des Nations Unies, M. Elie Wiezel, prix Nobel de la paix ; le patronage de plusieurs ministres français, montrent bien l’intérêt que suscite l’existence d’un tel centre, à l’époque où chaque jour l’actualité rappelle que la paix, les libertés et les droits de l’homme restent encore à acquérir.

C’est dans un esprit de soutien porté au Centre que la Communauté internationale bahá’íe, conjointement avec les communautés nationales bahá’íes du Royaume-Uni, d’Allemagne, du Canada et des Etats-Unis, a facilité la rencontre de M. Noël avec des personnalités des pays visités, dans le cadre d’une tournée d’information.

« La paix est une question urgente et fondamentale », dit l’ambassadeur Paul-Marc Henry, président du Centre européen pour la paix et le développement, à Belgrade. Et il ajoute : « La grande menace de la division de l’Europe étant levée, d’autres perspectives de paix se dessinent avec l’ouverture des pays de l’Est. Le Centre mondial de la paix prend, dans cette perspective, toute sa dimension. »



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017