The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 8, 1991

Fort accroissement des activités éducatives bahá’íes de par le monde

L’ensemble des projets éducatifs s’est accru de 26% depuis 1988

BONN, Allemagne — Selon un rapport présenté en février à Bonn lors d’une réunion du Groupe d’action international pour l’alphabétisation (GAIA) l’implication des communautés bahá’íes dans des activités éducatives dans le monde a considérablement augmenté ces deux dernières années.

Dans l’ensemble, le nombre des projets pédagogiques bahá’ís, tant officiels qu’officieux, s’est accru de 26% depuis 1988, passant de 602 à 759. Ces activités couvrent une grande variété de projets et de programmes, depuis les écoles de village et les cours d’alphabétisation, jusqu’aux internats offrant une scolarité complète et aux programmes de formation professionnelle.

« L’accroissement des activités pédagogiques peut être attribué en partie à l’écho dans les communautés bahá’íes du lancement en 1990 par l’ONU de l’Année internationale de l’alphabétisation », déclare M. Daniel Wegener, représentant de la Communauté internationale bahá’íe auprès du GAIA « Toutefois, dans la plupart des cas, l’accroissement reflète simplement l’influence qu’exerce sur une communauté bahá’íe en rapide expansion l’importance accordée à l’éducation. »

Selon le rapport du GAIA, il existe actuellement 62 établissements d’enseignement bahá’ís, couvrant les études primaires, secondaires et supérieures. Ces établissements vont du lycée “New Era” à Panchgani, Inde, pensionnat international créé en 1947, avec un effectif de plus de 900 élèves des classes primaires à la terminale, jusqu’à l’école primaire “El nuevo Jardin” de Barahona, République dominicaine, ouverte au milieu des années 80, et qui dispense son enseignement à 300 élèves.

Les projets et programmes éducatifs informels, qui comprennent des écoles de village, des centres d’alphabétisation et des maternelles, se sont accrus de 22% entre 1988 et 1990, passant de 573 à 697.

Mouvements à la base

« Les projets informels de ce type émanent principalement des mouvements naturels de base des communautés », déclare M. Wegener qui présentait le rapport bahá’í au GAIA

« Des maternelles, des jardins d’enfants, des écoles de village et des cours d’éducation morale ont été créés dans de nombreuses communautés afin de répondre aux préoccupations et aux besoins locaux », précise M. Wegener. « Bien que les enseignants travaillant dans le cadre de ces programmes soient souvent des bénévoles, ou juste rémunérés en nature, ces projets représentent néanmoins une contribution significative au principe de l’éducation pour tous. »

Le rapport mentionnait plusieurs exemples spécifiques de tels projets.

• En Inde, un programme de création de centres d’alphabétisation dans des villages proches de Panchgani s’est agrandi de 30 centres en 1984 à 100 dans 60 villages en 1989.

• Au Kenya, une série de brochures destinées aux mères et portant sur l’enseignement des techniques sanitaires et agricoles, des travaux domestiques et sur la morale a été éditée et diffusée dans les communautés bahá’íes pour être utilisée dans le cadre de l’alphabétisation. Ces brochures sont en cours de traduction en 26 langues.

• Au Zaïre, depuis 1987, 2.500 élèves ont suivi les cours d’alphabétisation dispensés par la communauté bahá’íe. Un des chapitres du projet était notamment destiné à l’ethnie bayanda du nord-est zaïrois, un peuple plus connu sous le nom de “Pygmées” et qui n’avait reçu jusqu’alors que peu ou pas d’instruction formelle.

En plus des projets à long terme, le rapport énumérait un certain nombre d’initiatives spécifiques et de programmes à court terme proposés dans le cadre de l’Année internationale de l’alphabétisation, dont:

• Au Panama, les 23 et 24 avril, organisation par la communauté bahá’íe d’un séminaire de deux jours sur l’alphabétisation, en coopération avec le Ministère panaméen de l’éducation.

• En Ouganda, les bahá’ís ont présenté une exposition, le 8 septembre 1990, dans le district de Kamuli, à l’occasion de la célébration de l’Année internationale de l’alphabétisation.

• En Espagne, la conférence annuelle de l’Association pour les études bahá’íes, qui s’est tenue à Saragosse, a concentré son débat sur l’éducation: les communications présentées comportaient notamment un exposé sur le rôle de l’alphabétisation dans l’élimination des préjugés.

Le GAIA fut créé en 1987 pour soutenir les activités de l’Année internationale de l’alphabétisation, par 35 organisations internationales non-gouvernementales (ONG), dont la Communauté internationale bahá’íe.

[Note de la rédaction : deux articles de ce numéro de One Country, l’un sur l’école Rabbání en Inde, l’autre sur le Centre Dorothy Baker d’études sur l’environnement en Bolivie, sont des exemples de la manière dont les communautés bahá’íes abordent les questions relatives à l’éducation.]



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017