The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 21, 1995

En France, l’Association bahá’íe de femmes pour le développement, la paix et l’unité renforce la responsabilisation des femmes


Quel est l’objectif de l’Association bahá’íe de femmes ?

L’Association veut aider les femmes à agir en responsables dans un monde où l’égalité des droits qui leur permettrait d’être elles aussi décisionnaires en fonction de leur niveau de connaissances, leur est pratiquement reconnue mais où l’idée d’en profiter leur est encore étrangère.

Comment est née l’Association ?

En 1989, se sont réunies quelques amies ayant conscience qu’il y avait un besoin mais, en fait, étaient surtout conscientes de la variété des besoins. Cette naissance fut tout d’abord entourée d’un certain scepticisme, initiation classique pour tout fondateur d’association. Pourquoi une nouvelle association ? Pourquoi de femmes ? etc. Très vite, les idées bahá’íes de service à l’humanité devaient amener les membres à prendre conscience d’un élément fondamental : Suis-je capable de servir ?

Quel types d’activités avez-vous privilégiés ?

Au début, nous avons surtout privilégié des activités de formation. C’est ainsi que de nombreux séminaires ont du être rapidement mis sur pied en accord avec les besoins des groupes afin d’apporter une connaissance là où le manque était ressenti. La toute première formation a été en communication car il était évident que le problème principal des femmes n’était pas leur manque de talents ou d’intelligence mais le manque d’expression de ces qualités.

Puis l’envie de développement s’est fait jour : d’abord sur les questions que posait leur environnement, relations dans le couple, psychologie des enfants à tous les âges, relation parents-enfants ; puis ce fut les questions sur elles-mêmes, leur possibilités, leurs talents, leurs forces et leurs espoirs. Là, encore, ce fut l’apport de professionnels de différentes capacités. Enfin, on est arrivé au besoin de cours de relations publiques car l’Association existait vraiment, perdant son anonymat, et ce fut l’ouverture aux autres avec compétence et dignité.

Aujourd’hui, après plusieurs années d’existence, comment ont évolué l’Association et ses membres ?

Après 6 ans, l’aventure continue avec ses adaptations perpétuelles en fonction des demandes, des groupes, des âges, du temps. Si certaines ont changé leur vie, d’autres ont trouvé le temps de participer à des associations de quartier ou ont développé leur personnalité qui s’est affirmée et enrichie par l’ouverture de leur pensée, leur environnement plus ou moins immédiat. Peu de temps sépare l’époque où l’on demandait à l’une d’entre elles de représenter l’association dans une réunion se tenant au siège de l’UNESCO et où la réponse horrifiée jaillissait d’un visage baissé contre la table : « Je n’oserais même pas passer devant la porte ! » C’est la même qui aujourd’hui défend brillamment la cause des femmes sur une radio locale pendant 3 heures.

Dans ce mouvement féminin de responsabilisation et de développement, y-a-t-il une place pour les hommes ?

Oui certainement. Les hommes ont fait partie de l’association quand ils le souhaitaient, comprenant que si les hommes ne s’intéressaient pas au devenir des femmes, elles ne pourraient pas combler le handicap de l’Histoire. Ils n’ont été exclus, et encore était-ce qu’au début, que pour les formations « sensibles », celles qui demandaient des mises en question qui, pour certaines, étaient impensables en présence d’un homme. Là encore, il fallait dépasser cet handicap.

Comment fonctionnent en France les antennes locales de l’Association ?

Notre association est gérée selon les principes bahá’ís de la consultation. Elle se veut essentiellement un symbole de la vie des femmes, adaptable et adaptée, selon le temps, le lieu, le groupe. Les alsaciennes font un travail de fond, efficacement, n’ayant plus crainte de s’exprimer face aux autres associations, allant de l’alphabétisation des femmes émigrées jusqu’aux histoires racontées aux enfants de la rue fascinés et heureux. Les femmes de la région Rhône-Alpes sont jeunes, elles ont des enfants et peu de temps. Elles s’aident mutuellement à grandir en s’appuyant sur les grandes figures historiques de la Foi bahá’íe, souvent de façon audacieuse. D’autres groupes se sont formés dans le Languedoc-Roussillon, au Pays Basque, en pays nantais, en Champagne ... A chaque groupe, sa chimie, son environnement, sa prise de conscience, ses décisions et ses actions. Un bulletin trimestriel est né, « Les Feuilles », documenté par toutes, écrit aux Pays-Bas, tapé à Nancy, dupliqué et expédié à Paris (par un homme), bulletin qui fait le lien entre les groupes, les isolées plus ou moins éloignées (Zaïre, Bénin, Togo, Congo...) et encourage celles qui n’osent pas encore franchir le pas de la formation ou simplement de la réunion des différentes formes de savoir-faire pour devenir les actrices de la construction de cette paix sans laquelle l’humanité ne peut pas vivre.

Avez-vous des activités internationales ?

Oui, l’Association bahá’íe de femmes pour le développement, la paix et l’unité a participé au Forum des ONG 95 et a été accréditée au Sommet mondial pour le développement social en mars dernier à Copenhague. Elle va également participer prochainement à la Quatrième conférence mondiale sur les femmes à Beijing. Une nouvelle page va s’écrire ainsi, dans la perspective internationale cette fois-ci, dans l’histoire de cette association qui veut apporter sa pierre au développement de la moitié de la race humaine oubliée pendant trop longtemps et dont les principales forces ont été le courage et la patience.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017