The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 44, 2002

Two Wings Network – Cette entreprise de développement associe l’intelligence financière et le service des autres

LINZ, Autriche — L’une des entreprises dont le financier Faramarz Ettehadieh est le plus fier est l’organisation non gouvernementale « Two Wings Network » (Le réseau des deux ailes) qui a pour objet de financer des projets de développement axés sur l’éducation et l’autonomie des femmes dans l’hémisphère Sud.

Fondé par M. Ettehadieh en 1996, le réseau se compose d’un conseil d’administration représentant des personnes tant du Nord que du Sud dans le but de renforcer le sens du partenariat entre pays développés et pays en développement.

« Contrairement à de nombreuses agences de développement où le Nord dicte au Sud ce qui est bon pour lui, nous ne finançons que des projets où des hommes et des femmes du Sud ont aussi été consultés », dit M. Ettehadieh. « D’où l’idée d’un conseil composé de membres des deux hémisphères. »

Le réseau tire son nom d’une citation des Ecrits de Bahá’u’lláh qui compare les hommes et les femmes aux deux ailes d’un oiseau qui doivent être de force égale pour que l’humanité puisse prendre son plein envol.

« Nous privilégions les projets qui ont un impact à long terme », dit M. Ettehadieh. « Et quand une personne, en particulier une femme, reçoit une bonne éducation, elle a le pouvoir de changer sa vie et celle de sa famille. »

Le réseau utilise certains instruments financiers nouveaux pour trouver les fonds nécessaires aux projets de développement, en coopération avec la Partner Bank, banque privée fondée par M. Ettehadieh en 1992. Cette dernière offre à ses investisseurs un panier de titres qui leur offre la possibilité de verser automatiquement leurs dividendes au réseau afin de financer des projets de développement dans des pays du Sud.

En 2001, les lecteurs de ris Control, publication destinée aux professionnels de l’assurance et de la finance, ont désigné le panier de titres de Two Wings produit de l’année.

« Ce panier a été confectionné autour de valeurs de sociétés internationales reconnues depuis longtemps comme des valeurs sûres et en croissance constante », précise M. Ettehadieh. « Nous essayons de sélectionner des sociétés en progression constante depuis longtemps et dont la stratégie globale leur permet de dépasser les autres. Nous évitons celles qui sont trop impliquées dans la production militaire ou qui sont peu propices à l’environnement. »

A ce jour, un millier d’investisseurs ont acheté des parts du panier. Vingt-cinq pour cent d’entre eux ont décidé de faire don de leurs dividendes au réseau. Ces six dernières années plus de 300.000 Euros ont ainsi été versés au réseau.

Cet argent a permis de financer une douzaine de projets à travers le monde, en particulier en Bolivie, au Tchad, en Colombie, en Inde, en Indonésie et en Zambie.

« La viabilité du fonds et son taux de croissance sont particulièrement importants », reprend M. Ettehadieh. « Comme les dividendes sont versés tous les trimestres, les partenaires du développement du Sud peuvent compter sur un soutien durable pour la prochaine décennie et ainsi lancer des projets à long terme. Et grâce à l’accroissement de l’investissement et au nombre croissant d’investisseurs nous avons un taux de croissance à deux chiffres. »

Partner Bank offre aussi d’autres paniers de valeurs qui sont composés autour de thèmes moraux spécifiques de telle sorte que les investisseurs puissent cibler les sociétés et les activités auxquelles ils veulent s’intéresser. Elle offre par exemple un panier « soins de santé » et un panier « mode de vie ». Dans chaque cas, les investisseurs peuvent verser leurs « dividendes pour le développement », slogan de la Partner Bank.

« Ces trente dernières années, j’ai visité 75 pays et parcouru des régions et des villages éloignés », dit M. Ettehadieh. « J’ai ainsi compris que nombre de projets de développement ne consultent pas assez les gens qu’ils veulent servir et qu’ils ont tendance à leur imposer des solutions occidentales. »

« L’éducation est pour moi la clé du développement. C’est pourquoi nous soutenons le développement d’écoles, surtout en Afrique et à l’intention des filles qui n’ont pas accès à l’éducation.

« Observant les besoins énormes des pays du Sud dans le domaine de l’éducation et les moyens limités dont ils disposent, nous avons eu l’idée de rassembler des gens désireux d’apporter leur soutien au développement dans l’hémisphère sud. En appliquant notre capacité de concertation aux services financiers nous essayons de multiplier nos ressources. »



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 24/11/2017