The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 49-50, 2004

Une troupe de théâtre insuffle des valeurs positives dans les écoles grâce à une méthode originale

OFFENBACH, Allemagne — Un projet de théâtre d’inspiration bahá’íe, lauréat d’un prix, vient de commencer une nouvelle saison de représentations visant à prévenir la violence et à encourager les compétences sociales parmi les élèves des écoles.

Les représentants du People’s Theater avaient auparavant présenté le programme au maire d’Offenbach qui a beaucoup soutenu le projet. Connu et apprécié dans cette ville, le People’s Theater a gagné cette année une reconnaissance aux plus hauts niveaux du gouvernement fédéral.

Renate Schmidt, ministre allemand de la famille et de la jeunesse, a accordé une subvention financière à Curtis Volk et Erfan Enayati, deux représentants du People’s Theater, pour aider au développement du théâtre.

Ce dernier était l’un des 25 gagnants sélectionnés parmi 560 concurrents dans une compétition initiée par le Bureau du chancelier pour sélectionner les projets ayant des promesses de retombées bénéfiques pour la société.

Gerhard Schroeder, le chancelier allemand a adressé ces mots aux vainqueurs, en juillet 2004 : « Nous avons besoin de plus de gens comme vous, sachant mettre leur savoir et leur talent au service de la communauté. »

Erfan Enayati, un bahá’í d’Offenbach qui a fondé le People’s Theater, s’est inspiré du « Happy Hippo Show », une émission de télévision créée en Russie par le journaliste Shamil Fattakhov pour aider la jeunesse à se fonder sur les valeurs universelles pour régler les difficultés de leurs vies quotidiennes [Voir article sous le titre « Une nouvelle approche pour engager le dialogue en Europe du Sud-est» dans ONECOUNTRY n° 34-35]

Le People’s Theater combine des éléments parlés et joués et trouve sa particularité dans le fait que l’orientation de la pièce est en grande partie influencée par le public.

Chaque spectacle illustre un conflit existant au sein de l’école où le spectacle est présenté. Une partie du spectacle décrit le problème au public en le jouant. Puis, dans une partie parlée, le public envisage des solutions constructives au problème, à travers dialogues, discussions et jeux de rôles.

Le modérateur commence le spectacle en expliquant les règles. Les acteurs illustrent alors un conflit dans des scènes tournant autour de questions comme la violence, la médisance ou la malhonnêteté. Le modérateur interrompt le spectacle et pose au public des questions telles que : « Que vient-il de se passer ? », ou « Comment les acteurs se sentent-ils ? », ou « Que pourrait-on faire pour changer la situation ? ».

Après une discussion au sein du public, le modérateur choisit un élève pour remplacer l’un des acteurs. L’élève est alors encouragé à essayer de changer la situation en utilisant les idées de ses pairs. La scène dure environ cinq minutes et recommence. Après plusieurs tentatives de la part du public, la scène est rejouée une dernière fois par les acteurs eux-mêmes, qui suivent les conseils du public. Puis le modérateur fait un bilan.

La première représentation du People’s Theater a eu lieu dans une école primaire, en 2001, avec l’appui du maire d’Offenbach, Gerhard Grandke. « J’ai été convaincu et enthousiasmé dès le départ par les perspectives et le principe de ce projet, je l’ai donc parrainé avec plaisir », a déclaré M. Grandke.

Le projet bénéficie également d’un soutien des administrations locales intéressées par ses effets positifs en matière d’éducation, d’intégration communautaire et de prévention criminelle. Le People’s Theater a reçu un chaleureux accueil dans les écoles publiques.

Au cours des deux dernières années, le People’s Theater a donné environ 700 spectacles dans plus de 40 écoles. La participation au People’s Theater est reconnue comme un service social et civil et, à ce titre, peut remplacer le service militaire obligatoire en Allemagne.

Heike Burger, directrice à l’école primaire Gutenberg, une des écoles dans lesquelles le People’s Theater a joué, a relaté que travailler avec eux s’était avéré une expérience très agréable. « Tous les participants, parents, professeurs et élèves, ont fait l’éloge du programme », a-t-elle précisé.

Selon Elke Kunkel, professeur au lycée Adolphe Reichwein, « les enfants ont été très motivés pour trouver les thèmes du spectacle et pour chercher des solutions positives ».

« Les jeunes acteurs et actrices connaissent parfaitement le langage qui parle à la jeunesse, ils savent retenir leur attention et les motiver pour travailler avec le spectacle », rajoute-t-elle.

Christina Kutzmann, professeur à l’école primaire Helen Keller, a déclaré que cela avait été un travail très constructif pour les élèves. « Ils sont capables d’aborder des idées abstraites – comme par exemple ‘Ennui source de conflits’ ou ‘Faire face à la provocation’ – d’une façon très créative, qui interpelle véritablement les enfants. »

Jennifer Wiebers

Pour de plus amples renseignements sur le People’s Theater, le lecteur est renvoyé au site www.peoples-theater.de



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017