The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 3, 1990

Un « Char de la paix », tiré par des boeufs, ouvre de nouveaux horizons aux villages de l’Inde

Un matériel vidéo mobile utilise les techniques de pointe et les instruments quotidiens pour propager son message en faveur du développement

Etat d’UTTAR PRADESH, Inde du Nord — Tiré par deux boeufs, le char, vu à distance, ressemble à une glacière plutôt désuète ou, peut-être, à un nouveau type de caravane européenne.

L’inscription apposée sur le côté proclame en hindî et en anglais l’arrivée d’un « Shanti Rath » ou, en français, un « Char de la paix ».

Malgré sa noble appellation, le char vise un but très terre-à-terre. Poursuivant actuellement sa route à travers les villages de ce lointain Etat du Nord de l’Inde, le « Char de la paix » cherche, par une association unique de techniques très différentes, à répandre des messages– clefs sur l’alphabétisme, l’hygiène, le reboisement et l’organisation sociale dans une population qui est, pour l’essentiel, coupée de la vie moderne.

Le char, avec ses parois métalliques et ses pneus, contient un ensemble de postes de télévision, d’unité vidéo et de groupe électrogène permettant la présentation de bandes vidéo orientées vers le développement – sans avoir à dépendre de l’emplacement ou de la disponibilité de l’énergie électrique.

Et, en dépit de l’apparente discordance des techniques employées, l’utilisation de boeufs comme force motrice joue un rôle essentiel dans la mission dévolue au véhicule, selon M. Stephen Waite, chef du département « Développement socio-économique et éducation » de l’Assemblée Spirituelle Nationale des bahá’ís de l’Inde, l’institution qui représente les 1.9 million de bahá’ís de ce pays et gère ce projet.

« Au village, l’horaire idéal est le soir entre 19 h et 23 h », déclare M. Waite. « Un char tiré par des boeufs ne peut se déplacer rapidement, mais ceci garantit du moins que les programmes vidéo seront disponibles aux heures où les villageois, eux aussi, sont disponibles ».

« En effet, si nous avions choisi un véhicule à moteur », ajoute M. Waite, « le chauffeur voudrait retourner chez lui dans la soirée ».

D’autres concessions importantes ont été faites à la vie culturelle et sociale de la population de l’Uttar Pradesh. Le char, qui stationne au centre du village pour une période d’une semaine ou plus lors de chaque passage, est équipé de deux écrans de télévision – un de chaque côté du véhicule.

« Si l’on disposait d’un seul écran, les femmes seraient désavantagées », dit M. Waite. « Elles seraient obligées de monter sur les toits pour regarder le programme TV ». Dans cette partie de l’Inde, explique-t-il, les hommes et les femmes ne se rassemblent pas en groupes. « Le fait de disposer de deux écrans permet aux hommes de visionner d’un côté du char tandis que les femmes ont la possibilité de regarder de l’autre côté ».

La nature du programme vidéo continue à évoluer. Actuellement, l’accent est mis sur des bandes de caractère éducatif qui favorisent l’alphabétisation, l’hygiène individuelle et les mesures sanitaires de base.

Un programme en hindî d’une durée de huit heures, produit par le gouvernement et destiné principalement aux femmes, a été récemment présenté par le char. On utilise également la version en hindî d’un film de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) intitulé « La santé pour tous en l’an 2000 ».

« Ce film de l’OMS est centré sur les problèmes de santé fondamentaux dont les habitants des villages ont besoin d’être informés », dit M. Waite. L’on achète également d’autres films produits par le gouvernement ou à l’étranger et traitant de problèmes très variés liés au développement allant du reboisement aux mesures d’hygiène.

L’idée est d’établir un programme très souple. Pendant la journée, par exemple, le char à boeufs peut être utilisé à l’école du village pour y présenter aux enfants des programmes éducatifs. Des groupes spécifiques, tels que les cultivateurs, peuvent aussi être invités à regarder un programme d’une heure consacré à l’agriculture. Ensuite, dans la soirée, des programmes d’intérêt général pourront être présentés.

Etant donné que de nombreux habitants de la région sont des bahá’ís récents, des programmes éducatifs sur les principes et les enseignements de la Foi bahá’íe sont également présentés. C’est ainsi que, récemment, a été passé un film sur le temple bahá’í de New Delhi.

Le véhicule est utilisé sous la direction de M. H.V. Singh, qui l’a conçu et construit. Descendant des rajahs locaux, M. Singh est bien connu dans la région.

L’Assemblée Spirituelle Nationale des bahá’ís de l’Inde considère le « Char de la paix » comme un prototype et espère en construire d’autres pour la région. Comme le nombre des bahá’ís en Uttar Pradesh dépasse les 250 000 et que la majorité d’entre eux habitent une région comprenant quelque 900 villages dans les districts d’Etawah, de Kanpur et de Furukabad, leur besoin d’information ne peut être satisfait par les seuls enseignants itinérants.

Selon M. Waite, le premier « Char de la paix » a coûté environ 60 000 roupies, soit 24 000 FF. «Nous espérons réduire ce coût à 45 000 roupies (ou 18 000 FF)», ajoute-t-il. L’audience est, en moyenne, de plusieurs centaines de personnes. Dans certains villages, le programme de la soirée a attiré plus de 500 personnes.

Le programme est considéré comme une grande réussite. Un grand nombre de villageois ont eu accès à des informations importantes, et cela pour une faible dépense. Pour une population peu instruite et peu familiarisée avec la télévision, ce projet ouvre des horizons presque illimités.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017