The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 12, 1992

Des cadres du 21ème siècle reçoivent leurs diplômes

Un programme de niveau universitaire destiné à former une nouvelle génération de cadres du 21ème siècle vient de se terminer, le 31 juillet, par une cérémonie de remise de diplômes à la première promotion d’étudiants de l’Académie de Landegg pour les Etudes sur l’Ordre mondial

WIENACHT, Suisse — Plus de 300 personnes ont assisté aux cérémonies et notamment comme invitée d’honneur, Mme Rúhíyyih Rabbani, figure éminente de la Foi bahá’íe.

Ce programme de 3 ans qui combine 11 mois d’études par an dans les pays respectifs des étudiants et des cours intensifs d’été à l’Académie même, prépare les étudiants à servir l’humanité dans une société devenue globale.

« Notre but est de créer une communauté de chercheurs qui ont échangé les valeurs égocentriques du monde, telles que nous les connaissons, contre un système de valeurs centré sur la vertu, conformément aux préceptes de Bahá’u’lláh », dit Pr. Suheil Bushrui, directeur du programme et professeur à l’université de Maryland aux Etats-Unis. « Dans ce type de système, la compétition est remplacée par la coopération, l’arrogance par l’humilité et la recherche du succès personnel par le service désintéressé. »

La première promotion a accueilli 17 étudiants dont 13 originaires de pays européens : de Suisse, Belgique, Pologne, Grèce, Allemagne, Autriche, France et Pays Bas, deux étudiants étaient originaires du Koweit et deux autres des Etats-Unis d’Amérique. Actuellement, 125 étudiants sont inscrits ; ils représentent 31 pays différents.

« Ce qui m’a poussé à choisir ce programme, c’était la combinaison de l’étude des solutions aux problèmes économiques et sociaux actuels et l’étude des grandes religions », explique Elise de Wolf, diplômée belge.

L’un des invités de la cérémonie, M. Irv Goldstein recteur du département des sciences sociales et comportementales de l’université de Maryland s’est déclaré « extrêmement impressionné, aussi bien par la vigilance des étudiants face aux exigences de l’heure que par le procédé de consultation qui précède toutes les décisions concernant les questions universitaires à Landegg ».

Située en Suisse à flanc de montagne dans un cadre panoramique surplombant le lac de Constance, l’Académie de Landegg, institut d’éducation et de développement international est un centre de formation spécialisé dans l’acquisition des connaissances « exigées aujourd’hui dans un monde interdépendant et en mutation rapide ».

Parrainée par la communauté bahá’íe de la Suisse, l’Académie de Landegg cherche à répondre au besoin mondial pour plus d’éducation en proposant tout un éventail de programmes visant à sensibiliser les participants et à les équiper des talents et attitudes requises dans une société globale.

« La pression exercée sur l’éducation actuelle, sur son infrastructure et sur ses moyens de fonctionnement, démontre que le système qui délivre l’éducation est de moins en moins adéquat », dit M. Iraj Ayman, directeur de l’Académie de Landegg. « En même temps, le contexte de l’enseignement change si rapidement, peu importe la quantité que vous appreniez ou quels moyens vous avez, à peine avez-vous terminé que vous êtes dépassés. L’éducation et l’enseignement sont devenus des activités continuelles. »

« Après ces cycles de programme d’Etudes sur l’Ordre mondial j’ai appris que je savais très peu sur les sujets que je croyais connaître », dit l’un des diplômés, M. Rebbi Teclemariam, ingénieur - consultant à Paris. « Ce que m’a permis d’accorder dans ma vie beaucoup plus de temps à la lecture et à l’étude... d’ailleurs je continuerai toujours à apprendre, je ne m’arrêterai plus. J’ai appris que la vie est une éternelle école, mais il faut avant de se remplir, se libérer, et se détacher de tout savoir », affirme-t-il.

« Nous avons eu un certain nombre d’expériences réussies », reprend le directeur de l’Académie. Landegg a commencé par concentrer son attention sur la réalisation d’un but universel, la transition vers une société globale notamment par le programme annuel intitulé le Dialogue international. [Voir ONECOUNTRY n°7 ]

« Nous ne nous sentons pas exclus du monde », se confie Elise de Wolfe, « on a acquis une disposition à une plus grande ouverture : aller vers les autres, échanger, trouver des solutions ».

Ce programme de trois ans entrepris en coopération avec l’université de Maryland aux Etats-Unis, a été accepté comme une des unités de valeurs des programmes de maîtrise dans un certain nombre d’universités. Il met l’accent sur l’héritage commun de l’humanité et le rôle de la spiritualité dans la vie quotidienne des hommes aujourd’hui.

« Le programme pour les Etudes sur l’Ordre mondial est le symbole de Landegg », conclut M. Ayman. « Nous pensons pouvoir former des citoyens ayant une conscience mondiale et un seul objectif dans la vie : celui de laisser le monde en meilleur état qu’ils ne l’ont trouvé. »



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 22/11/2017