The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 13, 1993

L’Organisation des Nations Unies exprime à nouveau sa préoccupation au sujet des droits de l’homme en Iran

GENEVE, Nations Unies — Le 10 mars 1993, la Commission des droits de l’homme des Nations Unies a adopté une résolution condamnant la violation des droits de l’homme en Iran notamment la discrimination envers certains groupes de citoyens en raison de leur croyance religieuse, telle la communauté bahá’íe dans ce pays.

Les membres de la Commission ont approuvé la résolution par un vote de 22 voix contre 11, avec 14 abstentions. Depuis 1981, l’Iran fait l’objet de résolutions constantes de l’Organisation des Nations Unies. Egalement à la dernière Assemblée générale à New York le 18 décembre 1992, c’était la première fois que par 86 voix contre 16, avec 38 abstentions, une résolution sur les droits de l’homme en Iran était appuyée par un aussi grand nombre de pays.

Un plan d’oppression graduelle

La résolution de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies a pris note du dernier rapport du Représentant spécial de la Commission pour l’Iran qui apporte la preuve irréfutable que le gouvernement iranien, bien qu’il s’en défende depuis longtemps, a élaboré une politique systématique, soigneusement planifiée d’oppression et de persécution des 350 000 bahá’ís d’Iran.

Dans son rapport publié le 22 février 1993 à Genève, le Représentant spécial de la Commission des droits de l’homme de Nations Unies pour l’Iran, Monsieur Reynaldo Galindo Pohl a révélé l’ensemble des directives secrètes du Conseil Suprême de la Révolution Culturelle daté du 25 février 1991, qui détermine la politique officielle du gouvernement iranien envers les bahá’ís. Cette politique vise à prendre des mesures « de nature à faire obstacle à leur évolution et leur développement ».

Ces directives stipulent, par exemple, que tous les bahá’ís doivent être renvoyés des universités, que tout « poste de responsabilité » doit leur être refusé. Les enfants des bahá’ís auront le droit de s’inscrire dans les écoles, mais uniquement s’ils ne s’identifient pas en tant que bahá’ís. Toujours selon ce rapport « un plan doit être conçu pour affronter et détruire leurs racines culturelles à l’extérieur du pays ».

« La découverte de ce document confirme que le gouvernement iranien, malgré ses démentis, s’est, en fait, engagé dans un effort systématique d’oppression et de persécution des bahá’ís en Iran, avec pour objectif ultime, de les éliminer en tant que communauté viable, » déclare Techeste Ahderom, représentant de la Communauté internationale bahá’íe auprès des Nations Unies à New York.

L’effet attendu de cette politique semble être de créer un environnement nouveau où la communauté bahá’íe d’Iran pourra être graduellement étranglée sans attirer l’attention de l’opinion internationale.

Techeste Ahderom, s’est félicité de la résolution de la Commission en disant que la vigilance de la communauté internationale restait la meilleure protection des bahá’ís opprimés.

« Les protestations répétées de la communauté internationale contre les mauvais traitements infligés aux bahá’ís d’Iran sont certes réconfortantes, » dit M. Ahderom. « Il ne fait aucun doute que le contrôle qui est actuellement exercé par l’Organisation des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran a empêché la perpétration d’atrocités encore plus grandes et qu’il constitue l’un des vrais succès de l’engagement international en faveur de la cause des droits de l’homme dans le monde. »

« Les bahá’ís d’Iran ne constituent aucune menace pour le gouvernement, » poursuit-il. « Leur seul désir est de pratiquer librement leur religion et de contribuer par tous les moyens possibles au bien-être et au développement pacifique de leur nation. Nous espérons que des résolutions comme celles-ci aideront le gouvernement iranien à regarder la situation en face. »

Depuis 1979, plus de 200 bahá’ís ont été tués et des centaines d’autres emprisonnés. Bien que les exécutions aient diminué ces dernières années, celle de M. Bahman Samandari en mars 1992 et les condamnations à mort de deux autres bahá’ís l’été dernier, ont fait à nouveau surgir le spectre d’exécutions en Iran.

« Le retour aux exécutions et l’intensification récente et soudaine des actions menées contre les bahá’ís, en particulier la confiscation de leurs propriétés et le fait qu’ils sont expulsés de leurs domiciles font craindre que l’on n’assiste à une période de harcèlement et de déni de leurs droits dans certaines régions ainsi qu’à une nouvelle phase de persécutions ouvertes contre ces citoyens iraniens, » lit-on dans le rapport de Reynaldo Galindo Pohl du Salvador.

En tant que Représentant spécial de la Commission des droits de l’homme sur la situation des droits de l’homme dans la République islamique d’Iran, c’est le Professeur Galindo Pohl qui depuis 1986 surveille le respect en Iran des instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme.

Dans son rapport, M. Galindo Pohl indique également que les lieux saints bahá’ís, les sites historiques, les cimetières et les centres administratifs sont confisqués ou détruits. Il ajoute que les bahá’ís continuent à être considérés comme des « infidèles non protégés » par la loi iranienne ; qu’ils sont privés d’accès aux établissements d’enseignement supérieur et, pour beaucoup d’entre eux, de tous moyens de subsistance. Le rapport note, par exemple, que la majorité des 10 000 bahá’ís qui ont perdu leur emploi pendant les années 1980 ne peuvent retrouver un travail, qu’ils ont des difficultés à obtenir des permis pour créer et gérer leurs propres affaires et que les personnes âgées et les veuves ont été expulsés de chez eux.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017