The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 18, 1994

Scène de massacre pendant la guerre, Verdun est maintenant l’hôte d’un nouveau Centre pour la paix

VERDUN, France — Au coeur de l’Europe, en Région Lorraine, cette ville héroïque juchée sur sa colline, cette ville mémoire du XXème siècle a été longtemps associée aux horreurs de la guerre, aux batailles les plus meurtrières de la Première Guerre mondiale, et à ses six cent mille morts.

Au delà de l’indispensable rappel des faits et des leçons du passé, Verdun souhaite offrir un autre visage que celui de la discorde et des conflits, celui de la réconciliation et l’espoir d’un nouveau souffle.

Hier, ville martyre, aujourd’hui Verdun est devenue un symbole européen de paix et de progrès, la Capitale mondiale des villes de la Paix.

Cette volonté s’était déjà affirmée en 1987 par la remise du diplôme de la Paix de l’ONU à la ville de Verdun et en 1984, lorsqu’elle a été l’hôte d’une cérémonie de réaffirmation des efforts pour la paix des gouvernements français et allemand, par l’émouvante poignée de main entre le Président François Mittérand et le Chancelier Helmut Kohl, de bouts l’un à côté de l’autre dans l’immense cimetière.

Le dernier événement en date à marquer ces efforts a été l’inauguration du nouveau Centre Mondial de la Paix, des Libertés et des Droits de l’Homme.

Dorénavant, les 500 000 personnes qui visitent chaque année Verdun et ses champs de bataille pourront également découvrir ce que sera le Paix.

Implanté dans le Palais Épiscopal du XVIIIème, le Centre Mondial de la Paix a ouvert ses portes au public.

Le 1er juillet 1994, s’est déroulée la journée inaugurale. Plusieurs centaines d’invités ont été accueillis par les personnalités et les responsables du Centre.

Après la visite des sites rénovés du Palais Épiscopal et l’inauguration officielle, les invités ont découvert l’exposition permanente placée sous le thème: « Vouloir la Paix, gagner la Paix, la maintenir ». Comme un parcours initiatique, sept monolithes associant textes, images, sons, vidéo, documents d’archives, musique, couleurs, dessins traitent sept thèmes:

La Guerre, la Terre et les Frontières
De la guerre à la Paix
Perceptions de la Paix
Les Droits de l’Homme
Les Nations Unies pour la Paix
L’Europe
Défendre la Paix


Le Centre va également développer une pédagogie originale dans les « Ateliers de la Paix » par l’accueil des jeunes dans le cadre des « Classes de Paix » au sein d’un centre d’hébergement et par une formation à l’action humanitaire destinée principalement au personnel des Organisations non-gouvernementales.

« La création de ce Centre est particulièrement important par sa situation géographique », a dit Kazem Samandari, membre du Conseil national de la communauté bahá’íe en France.

« Il y a beaucoup de musées partout dans le monde qui sont consacrés aux souvenirs de guerre; celui-ci est un des rares endroits dédiés à la promotion de la paix. Dans un monde où, en ce moment, il y a au moins deux douzaines de conflits armés », a souligné M. Samandari, « il présente un symbole puissant du potentiel de compréhension entre les peuples, puisque aujourd’hui les ennemis qui se sont battus dans deux guerres mondiales successives sont maintenant unis au sein de l’Union européenne ».

Un carrefour international

Financé aussi bien par l’État, la ville de Verdun, le Département de la Meuse, la Région Lorraine que par le Fonds Européen de Développement Économique et Régional, le Centre s’installe pour un coût de 90 millions de francs français.

La ville de Verdun ayant mis à la disposition du Centre l’ensemble des bâtiments d’une valeur inestimable, le financement couvre essentiellement les frais de restauration du Palais Épiscopal, de réhabilitation et du budget de fonctionnement.

Son but est de devenir « un carrefour international, un terrain d’échanges et un lieu symbolique et prophétique, annonçant cette paix à tous les hommes de bonne volonté de par le monde », selon Monseigneur Herriot, Évêque de Verdun.

Dans cette initiative, le Centre projette de collaborer avec des pays voisins pour créer une collection permanente qui montrerait les efforts et les progrès de l’humanité vers la paix à travers l’histoire.

La contribution de la communauté bahá’íe au Centre de la Paix est la maquette du Temple bahá’í de l’Inde, le « Lotus ». La maquette a été fabriquée par M. T. Toosky aux États-Unis. Inaugurée en 1986, cette « Maison d’adoration » a reçu des louanges de partout dans le monde pour son architecture audacieuse et d’avant-garde.

Ayant pour inspiration la fleur de lotus, le temple a neuf côtés et neuf portes. Il est donc possible d’y entrer de n’importe quel côté, ce qui symbolise ainsi l’unité de tous les peuples et de toutes les religions.

Madame Ruhiyyih Rabbani, figure éminente de la communauté bahá’íe, était parmi les 50 premières personnalités internationales religieuses, culturelles et politiques à parrainer la création du Centre. Le Comité de parrainage comprend aussi Sadruddin Aga Khan; l’économiste John Kenneth Galbraith ; l’ancien Président de la République Tchèque et Slovaque Vaclav Havel; l’ancien Premier ministre britannique Edward Heath ; Oumar Konare, Président de la République du Mali et un certain nombre de lauréats du Prix Nobel, comme Jean Dausset, Gérard Debreu, et des lauréats du Prix de la Paix, comme Mairead Maguire, Rigoberta Menchu et Elie Wiesel.

Le but du Centre est de stimuler une nouvelle forme de pensée pour découvrir comment promouvoir la paix, selon son Directeur Denis Maréchal. Les archives réuniront des documents du Conseil européen, des Nations Unies, des différentes associations des droits de l’homme et des agences humanitaires. Ces documents seront disponibles pour les chercheurs et aussi pour les « classes de la paix » des jeunes.

« Ces classes vont préparer les jeunes à réfléchir sur la paix et elles vont leur apprendre une autre façon de penser », a dit M. Maréchal. « Par exemple, nous organisons des films sur la guerre et sur la paix pour le centre de documentation que nous sommes en train de créer. Nous avons découvert qu’il y a beaucoup de films disponibles sur la guerre, mais très peu sur la paix. Nous allons mettre en valeur la paix. »



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017