The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 7, 1991

Arts en faveur de la nature : l’exposition de Singapour

SINGAPOUR — Deux cygnes prenant leur envol avec, en toile de fond, une forêt enneigée... Un troupeau de zèbres dans un paysage africain, le tout enfermé dans une boîte; sans doute un symbole des espèces en voie de disparition... Une fillette regardant de sa fenêtre un oiseau en cage, tandis que des pigeons en liberté jouent sur le toit...

Ces images, et quarante autres, faisaient partie d’une remarquable exposition organisée à Singapour en juin dernier, avec pour thème central la nature et l’environnement. Elle avait pour but d’éveiller les consciences à la nécessité de la préservation de la nature.

Le thème assigné à l’exposition a permis aux peintures et sculptures présentées à “Arts en faveur de la nature” d’être très diversifiées, allant des paysages traditionnels de l’Orient, avec leur délicate interprétation de la beauté de la nature, aux représentations abstraites des agressions perpétrées par l’homme sur son environnement.

L’exposition, projet du comité bahá’í de femmes de Singapour, a recueilli l’équivalent de plus de 15 000 FF au bénéfice du programme malaisien du Fonds mondial pour la nature (WWF), destiné à sauver une race de tortues menacée d’extinction, et a contribué à promouvoir la cause de la nature.

Elle a également montré comment un petit groupe de personnes, lorsqu’elles s’engagent pour une grande cause, sont capables d’accomplir plus de choses qu’elles ne l’imaginaient.

« L’idée d’organiser cette exposition remonte au projet Arts en faveur de la nature, réalisé à Londres en 1988, dans le cadre du WWF, avec la collaboration de la Communauté internationale bahá’íe. Nous avons été très impressionnés par la brochure éditée à cette occasion, l’un de nous a dit que nous pouvions, nous aussi, réaliser ce genre de manifestation et les autres ont approuvé », a déclaré Linette Thomas, membre du comité.

L’idée paraissait assez simple. Inviter des artistes de la ville et de la région à créer des œuvres autour du thème de l’environnement, et les exposer le 5 juin à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement. Ensuite vendre ces œuvres et faire don du produit de la vente à la cause de la préservation de la nature.

Un début difficile

« Nous avons pensé que l’environnement était un thème essentiel sur lequel nous devions nous concentrer », a déclaré Mme Thomas. « Or nous avons eu des difficultés à trouver des personnes qui nous accordent leur patronage. Les gens se méfiaient un peu parce que nous sommes un groupe à caractère religieux. »

Néanmoins le groupe a persévéré. « Bien que peu nombreuses dans le comité de femmes bahá’íes de Singapour, nous avons décidé de ne pas permettre à des pensées négatives de nous détourner de notre projet », ajoute Mme Thomas.

Le groupe a précisé qu’il ne s’intéressait pas au prosélytisme, une activité désapprouvée dans les enseignements bahá’ís, mais se préoccupait seulement du problème de l’environnement.

Les bahá’ís ont finalement obtenu le parrainage de la filiale de la Hong-Kong Bank, dont le directeur général, M. Hale, milite activement en faveur de la nature. La banque s’est chargée des frais d’imprimerie et du buffet organisé à l’occasion de l’exposition.

« A la Hong-Kong Bank, nous félicitons le comité de femmes bahá’íes de Singapour pour ses efforts dans le recueil des fonds qui serviront à protéger l’une des nombreuses espèces vivantes menacées par l’homme : les tortues de mer. Nous sommes vraiment heureux de l’aider dans cette tâche », a dit M. Hale.

Parmi ceux qui se sont joints au parrainage du projet figurent : Fondation Lee, Temple de Kwan lm Thing Hood Cho, Classa Trading (Pte.) Ldt. qui a fait don du papier recyclé pour l’impression des prospectus et du programme, ainsi que K T.S. (Singapour) Pte. Ldt.

Une grande publicité

Tenue à l’ Empresse Place, récemment rénové, l’exposition a connu un grand succès grâce à une large publicité et a reçu des centaines de visiteurs pendant la semaine d’ouverture.

« Les œuvres d’art peuvent toucher les cœurs comme aucun fait ni aucune statistique ne peuvent le faire », a dit Mme Cheryl Hum qui présidait le comité pendant la préparation de l’exposition. « A travers les arts, nous avons voulu non seulement éveiller la conscience du public à la nécessité de protéger l’environnement, mais aussi transmettre l’importance vitale d’une action immédiate. »

Parallèlement à l’exposition elle-même, le comité et les firmes qui la parrainaient ont produit une brochure attrayante de 36 pages destinée à commémorer l’évènement. Elle contenait des reproductions sur papier glacé des 43 œuvres présentées et des extraits des déclarations sur la nature publiées par les principales religions dans le cadre du Réseau de WWF sur la conservation de la nature et la religion.

Le premier évènement d’Arts en faveur de la nature eût lieu à Syon House, Londres, le 26 octobre 1988. Réalisée grâce à la collaboration du WWF et de la Communauté internationale bahá’íe, la manifestation de Syon House, ainsi que l’exposition elle-même, furent inaugurées officiellement par SAR le Prince Philip, au cours d’un dîner de gala où se produisirent des artistes de renom. Des fonds furent recueillis ce soir-là au profit d’un projet de sylviculture tropicale réalisé au Cameroun par le WWF.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017