The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 24-25, 1996

L’unité : un défi pour la société moderne

Tout au long de l’histoire, l’urbanisation a été associée au progrès humain. La concentration des hommes dans les villages, villes et cités a favorisé leur épanouissement social, économique et culturel. La plupart de nos grandes institutions religieuses, politiques, éducatives et scientifiques ont été établies dans des métropoles. Bref, pour reprendre une expression empruntée à l’ordre du jour d’Habitat II, les villes « ont favorisé l’éclosion de la civilisation ».

Pourtant, les villes – en réalité, tous les établissements humains indépendamment de leur taille – sont aujourd’hui en état de siège. La progression de la criminalité, de la pauvreté et de la pollution, ainsi que la migration urbaine, les difficultés de circulation et la dégradation des infrastructures plongent bon nombre de villes dans une situation quasi désespérée qui n’épargne pas les campagnes.

Dans le passé, on a trop souvent fait appel à la technique pour résoudre les problèmes de l’urbanisation: une planification urbaine plus rationnelle, des technologies nouvelles en matière de transport et de production de l’énergie, et des services sociaux mieux organisés.

L’ampleur et la complexité des problèmes liés aux établissements humains appellent une analyse plus approfondie. Le fondement réel de l’édification de communautés viables réside avant tout dans la promotion de l’unité.

La recherche d’unité est le moteur de la civilisation. Rassemblée au sein de familles, de tribus, de villes, d’Etats cités et finalement de nations, l’humanité a atteint des degrés toujours plus élevés de développement social, économique et culturel reflètent une compréhension de plus en plus élargie du concept d’unité. L’unité ne signifie pas l’uniformité mais passe par le respect de la diversité combinée à l’adhésion à des valeurs et objectifs communs.

L’histoire a montré que si un groupe ne réussit pas le passage à l’étape supérieure d’unité, sa survie à long terme, sa viabilité, est menacée.

Ainsi, on peut dire que les problèmes urbains découlent du manque d’unité au sein de la société moderne. La pauvreté reflète l’absence d’unité entre les différentes classes de la société et l’incapacité des gens à remplir leurs obligations morales les uns envers l’autres. La criminalité est la manifestation de désaccords profonds entre les individus et la société. La dégradation de l’environnement traduit aussi l’incapacité à saisir l’unité et l’interdépendance entre les êtres humains et le monde physique, ainsi qu’une négligence de la confiance sacrée qu’exige cette unité.

Dans le passé, il était plus facile de résoudre les problèmes urbains alors que la population d’une métropole, d’une ville ou d’une cité était relativement homogène de par ses origines, ses valeurs et ses objectifs. Dans les mégalopoles cosmopolites d’aujourd’hui, les voisinages peuvent compter des familles représentant des douzaines de nationalités, de religions, et/ou de groupes culturels différents.

La santé d’une communauté – le nombre d’emplois nouveaux créés, la quantité de biens alimentaires disponibles, la propreté de l’environnement – dépendent autant des décisions prises par les marchés et les capitales étrangères que des initiatives locales.

Un autre élément essentiel dans la création de l’unité est la justice. Ces deux impératifs sont les deux faces d’une même réalité. L’unité ne se fait pas sans la justice qui en est un élément essentiel et indissociable et la compréhension élémentaire de ce qui est juste doit être fondée sur la conscience de l’unité. «Le but de la justice est de créer l’unité entre les hommes», a écrit Bahá’u’lláh il y a une centaine d’années.

De nos jours, promouvoir la justice c’est mieux partager les ressources, les richesses, les informations et la technologie, permettre à tous d’accéder à l’éducation, respecter les droits de l’homme, éliminer le racisme et encourager l’avancement des femmes.

Sur un plan plus pratique, il est important, pour réaliser l’unité, de promouvoir le concept de citoyenneté mondiale, en particulier dans les écoles, à travers les médias et les arts, ainsi pourra-t-on progressivement former des citoyens à part entière prêts à défendre de toutes leurs forces le bien-être de leurs familles, de leurs concitoyens, de leurs communautés, de leurs nations et, en fin de compte, de toute la famille humaine.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 24/11/2017