The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 26, 1996

Un colloque de jeunes se penche sur un monde en mal de globalité

WIENACHT, Suisse — Plus de cent jeunes, venus de 25 pays différents et représentant 29 organisations non gouvernementales distinctes se sont rassemblées lors d’une conférence ayant pour objet le rôle de la jeunesse dans la définition d’une nouvelle forme de gouvernance mondiale.

Organisée par le Conseil européen des jeunes bahá’ís au Centre de conférence de Landegg, du 11 au 15 septembre à Wienacht en Suisse, cette conférence s’est ouverte sur un discours de bienvenue des autorités locales et sur la lecture d’un message d’encouragement de Monsieur Boutros Boutros-Gali, secrétaire général des Nations Unies.

Tout au long de ces quatre jours, les participants ont tenté de mener une réflexion commune sur la nécessité d’une gouvernance mondiale et sur le rôle moteur de la jeunesse dans la promotion de cette idée. En quoi un nouveau système de gouvernance est-il devenu nécessaire au niveau mondial? Quelle forme ce système doit-il revêtir? Quel est le rôle des Nations Unies et autres institutions existantes dans ce processus de réforme? sont autant de questions qui ont été débattues au cours de conférences et ateliers de travail.

Au delà d’utiles confrontations d’opinion sur les choix techniques à adopter, les participants sont tombés unanimes sur la responsabilité qui incombe à la jeunesse dans le processus de transition de notre société. Madame Anna Balletbo et Lord Frank Judd, tous deux membres de la Commission des Nations Unies sur la gouvernance mondiale, ont insisté au cours des débats sur la contribution de la jeunesse à l’édification d’une forme juste et représentative de gouvernance mondiale.

Passant outre les intérêts propres de leurs organisations respectives, les participants se sont attachés à définir les valeurs essentielles nécessaires au développement du bien-être général de la société. Le respect de la vie, la liberté, la justice et l’égalité, la reconnaissance mutuelle, la charité, l’intégrité sont autant de fondements essentiels sur lesquels la communauté mondiale doit s’appuyer pour faire face aux défis du XXIème siècle. La diffusion de ces valeurs passe nécessairement par un processus général d’éducation à initier tant au niveau régional, national qu’international.

Ces idées ont été rassemblées sous forme d’une déclaration adressée aux Nations Unies afin d’insister sur le besoin urgent de démocratisation et de restructuration des institutions existantes de gouvernance mondiale pour répondre aux problèmes croissants que les institutions gouvernementales des Etats souverains semblent difficilement pouvoir régler.

Pour éviter qu’un tel effort de réflexion ne reste lettre morte, les participants se sont engagés à bâtir un réseau dont la mission est d’approfondir davantage et de communiquer les idées émises lors de la conférence et d’en suivre attentivement la réalisation pratique à l’échelle mondiale.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 20/09/2017