The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 2, 1989

Education bahá’íe : une approche originale

Plus de 600 écoles et centres pédagogiques à travers le monde mettent l’accent sur la question des femmes et des plus démunis, mais insistent sur une formation complète, au delà de simples qualifications.

Depuis longtemps, l’éducation est une des priorités de l’activité bahá’íe. Conformément aux priorités indiquées dans les écrits du fondateur de la Foi, les bahá’ís se sont intéressés tout spécialement à ceux et celles laissés de côté par les institutions scolaires traditionnelles, telles que les femmes et les personnes qui vivent dans des zones rurales.

A travers le monde, les bahá’ís ont fondé plus de 600 écoles et centres pédagogiques. La majorité de ces établissements se trouvent dans les pays en voie de développement et un fort pourcentage des élèves sont des femmes.

L’attention portée à l’enseignement par les bahá’ís va plus loin que combler les lacunes d’autres centres ou promouvoir une idéologie ou un programme spécial.

Les bahá’ís voient l’enseignement comme un levier pour le développement du potentiel humain tant sur le plan de l’individu que sur celui de la société. Ils sont convaincus que l’unification rapide de l’humanité ouvre la voie à de profonds changements dans le comportement des hommes, et ils conseillent de repenser la théorie et la pratique de l’éducation. L’accent dans l’éducation est mis sur l’individu tout entier, sur ses rapports avec la communauté et la société et sur la nécessité d’une formation morale, éthique et spirituelle pour créer une société juste et en paix.

« Considère les hommes comme des mines riches en joyaux d’une valeur inestimable », écrivait Bahá’u’lláh, le fondateur de la Foi. « Seule l’éducation peut en révéler les trésors et permettre à l’humanité d’en profiter. »

Un siècle d’effort

Dans les années qui ont suivi 1880, les communautés bahá’íes d’Iran ont mis au point des programmes scolaires et dans les cinquante années suivantes, ils ont construit plus de 40 écoles pour filles et garçons, écoles qui furent les premiers établissements d’enseignement modernes de ce pays. Dans les années 1950-1955 ces communautés sont parvenues à s’alphabétiser presque complètement grâce à une campagne qui mettait l’accent sur l’éducation des femmes et des populations des régions rurales.

A l’heure actuelle, l’attention portée à l’éducation des jeunes filles et des personnes vivant en milieu rural ou dans d’autres régions défavorisées continue à caractériser l’effort d’éducation. L’accent est mis aussi sur l’organisation communautaire et la participation de la base à la construction et au fonctionnement des établissements d’enseignement.

Dans la région du Kivu au Nord-Est du Zaïre, par exemple, un comité régional, agissant en étroite coopération avec les conseils bahá’ís locaux, aide au fonctionnement de plus de 100 centres pédagogiques, desservant environ 2500 personnes. Les femmes et les jeunes filles représentent 73 pour cent des élèves.

Un autre trait spécifique de l’éducation bahá’íe sous-tend ces efforts : une formation morale et spirituelle qui engendre un sentiment de citoyenneté mondiale et qui aide les hommes et les femmes à comprendre leurs rôles respectifs dans la fondation d’une civilisation universelle.

Enseigner la consultation

La consultation – méthode spécifique pour résoudre les problèmes de groupes sans créer de conflit – est la méthode préférée pour la prise de décision et la gestion des activités. Un grand nombre d’écoles et de centres pédagogiques forment leurs élèves à la consultation, afin d’aider à les préparer à une société mondiale dans laquelle le changement est rapide et souvent menaçant.

« En général nous nous sommes efforcés, dans nos programmes d’éducation, de dépasser l’acquisition de connaissances fonctionnelles » a déclaré le Dr Falairiva Taafaki qui a dirigé le département du développement économique et social de l’école New Era en Inde depuis les milieux des années 80.

« Nous nous intéressons avant tout au processus plus complexe qui vise à permettre aux écoliers de comprendre qui ils sont, d’acquérir un meilleur sentiment de leurs objectifs, et de mieux intégrer les individus dans la société. »

Les écoles bahá’íes ont pour but de développer chez leurs élèves la capacité d’analyser les conditions sociales et de découvrir les forces qui les sous-tendent, de prendre part à la planification et aux actions de la communauté, et de rechercher eux-mêmes la vérité.

A ces programmes s’ajoute également une formation pratique pour l’action sociale, telle que l’hygiène individuelle et collective, l’agriculture et la production des aliments, et les questions forestières et d’environnement, selon les besoins locaux.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 22/11/2017