The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 31-32, 1998

Depuis plus d’un demi-siècle, l’école « New-Era » mise sur le service

PANCHGANI, Maharashtra, Inde — L’école « New Era » peut à certains égards être considérée comme l’ancêtre des activités de développement menées par les bahá’ís.

Créée à la fin de la deuxième guerre mondiale en août 1945, l’école a été l’un des premiers projets d’éducation mis en œuvre par les bahá’ís en dehors de l’Iran. La première classe, qui comptait environ 16 élèves âgés de quatre à huit ans, a été ouverte dans une petite maison louée dans cette jolie station vallonnée au climat tempéré.

En 53 ans, l’école s’est agrandie et a prospéré et est devenue une institution privée très respectée accueillant des élèves du monde entier. Elle propose actuellement un programme complet, depuis la maternelle jusqu’au niveau secondaire et enregistre près de 1000 élèves.

L’école a depuis toujours donné la priorité à l’éducation morale et à l’idée de citoyenneté mondiale et son taux de réussite aux examens a toujours été élevé.

Elle a aussi été le terrain d’essai des premières initiatives des bahá’ís en faveur du développement social et économique des régions rurales.

Dans les années 1970 et 1980, l’école a progressivement mis au point divers programmes de vulgarisation en faveur des villages pauvres et sous-développés de la région. Tout a commencé comme un projet de service pour les étudiants mené sous la direction de Ray Johnson, directeur du collège entre 1971 et 1983.

Ces premières initiatives ont démarré en 1973 : un jour par mois, des élèves ont été envoyés dans le village de Chicklee, dans la vallée de la Krishna, pour participer à des projets d’élimination de la gale ou de construction d’un nouveau réservoir d’eau.

« Dès le départ, nous étions fermement convaincus que chacun porte en soi le besoin de servir les autres », dit Jane Grover, directrice-adjointe de l’Institut entre 1971 et 1977 et qui, entre autres personnes, est à l’origine de ce programme. « Et les jeunes sont plus particulièrement aptes à exploiter cette capacité à rendre service. »

Ces initiatives ont peu à peu pris un caractère plus officiel. Nous avons accepté des dons, acheté un camion, et les membres du personnel ont participé à plein temps à des activités de développement rural. Des projets visant la santé, l’alphabétisation et l’amélioration de l’élevage ont été améliorés.

En 1975, le Programme de développement « New Era » était créé et, en 1980, un deuxième projet, l’Institut rural de technologie, voyait le jour. Enfin, en 1987, l’Institut était créé avec une administration complètement séparée de celle de l’école.

L’école est aujourd’hui officiellement à l’écart des activités de développement rural qu’elle a cédées au NEDI, son annexe. Mais elle continue à former ses étudiants à l’idée de service. Ceux-ci doivent effectuer des tâches sur le campus et en dehors du campus et mener à bien différents projets à court terme dans le cadre du service communautaire.

« Bien que nous soyons une très bonne école sur le plan scolaire, notre premier objectif est de développer l’esprit civique sur les plans des valeurs morales et de la volonté de service » dit le directeur, M. Vasudevan Nair.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 22/11/2017