The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 37, 1999

Création d’une chaire d’études bahá’íes à l’Université hébraïque de Jérusalem

Note de la rédaction: le texte ci-après est tiré du Jérusalem Post, l’un des plus grands quotidiens israéliens de langue anglaise. La création d’une chaire bahá’íe dans l’une des meilleures universités d’Israël porte à trois le nombre des chaires universitaires bahá’íes dans le monde. Les deux autres sont situées à l’Université du Maryland aux États-Unis et à l’Université d’Indore en Inde.

JERUSALEM (7 Juin) — Le professeur Moshe Sharon, titulaire de la première chaire universitaire d’études bahá’íes dans le monde [voir note de la rédaction] a déclaré hier que le poste créé à l’Université hébraïque de Jérusalem visait à supprimer la « terrible ignorance » au sujet des bahá’ís.

La chaire, financée par un donateur anonyme, doit être inaugurée aujourd’hui. « Les gens pensent qu’il s’agit d’une secte musulmane. En vérité, il s’agit d’une nouvelle religion » dit M. Sharon.

Il ajoute qu’avant qu’il ne commence ses recherches, les derniers travaux universitaires dans ce domaine remontaient à 80 ans. C’est une foi fascinante, dit-il, très riche sur le plan intellectuel. Il existe plus de 100 000 documents, assez pour donner du travail aux chercheurs pendant un siècle.

Notant que la foi bahá’íe s’est très vite répandue à travers le monde, y compris en Asie et en Afrique, il la présente comme une foi parfaite pour l’homme moderne, en ce sens qu’elle prône l’égalité totale entre les races et les sexes.

L’origine de la foi bahá’íe se situe en Perse, en 1844, date à laquelle un jeune homme du nom d’Ali Muhammad Shirazi, dénommé le Báb, a commencé à rassembler des disciples autour d’une nouvelle idée religieuse. Il était considéré comme un hérétique par les autorités musulmanes et comme un chef rebelle par le gouvernement perse qui l’a exécuté en 1850.

Parmi les disciples du Báb se trouvait Mirza Hussein Ali Nuri, appelé plus tard Bahá’u’lláh. C’est lui qui, en 1863, a révélé qu’il était le prophète annoncé par le Báb. Il a développé le mouvement qui avait été persécuté en Perse, et a rédigé ses propres écrits. Banni de Perse, puis d’Irak et d’autres pays, Bahá’u’lláh est arrivé en 1868 à Saint-Jean-d’Acre en tant que prisonnier du gouvernement ottoman. C’est là qu’il y mourut et qu’il fut enterré en 1892.

Aujourd’hui, le centre mondial bahá’í se trouve à Haïfa et les lieux saints de la foi sont situés à Haïfa et à Saint-Jean-d’Acre. On estime à six millions le nombre de membres de la foi bahá’íe à travers le monde, dont une poignée seulement vit en Israël.

Haim Shapiro, © 1999
The Jerusalem Post. Reproduit avec l’autorisation du journal.



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 25/09/2017