The earth is but one country and mankind its citizens --

 Baha'u'llah
ONE COUNTRY ONE COUNTRY EN ONE COUNTRY FR

Pour les dernières nouvelles concernant la Communauté Internationale Bahá’íe en anglais, se référer au site : Bahá'í World News Service
Revue n° 17, 1994

Le Forum mondial des ONG lance l’Année internationale de la famille 1994

MALTE — Pour lancer l’Année internationale de la famille 1994, les représentants des Organisations non-gouvernementales (ONG) de presque 100 pays se sont réunis à Malte du 28 novembre au 2 décembre 1993 pour promouvoir l’idée que des familles saines sont essentielles au bien-être des individus et des sociétés.

Organisé par le Comité pour la famille des ONG de Vienne avec l’aide du Secrétariat des Nations Unies pour l’Année internationale de la famille (AIF), et appuyé par le Comité pour la famille des ONG de New York, le Forum mondial des ONG (qui dura quatre jours) a permis à un certain nombre de conférenciers de renommé mondial de s’exprimer lors des sessions plénières et dans plus de 40 ateliers et forums sur des problèmes, allants de l’égalité entre les hommes et les femmes à la question des sans-abris.

« La Conférence était centrée sur l’Année de la famille, bien entendu, mais le thème clé de ces réunions était la compréhension que la famille est une unité de première importance pour la société », a dit Betty Benson, représentante de la Communauté internationale bahá’íe auprès de la Conférence. « Presque tout le monde a répété qu’il est impossible d’ignorer la famille et d’avoir ensuite une société convenable. »

Le Forum s’est conclu par la signature d’une déclaration des ONG qui encourage les gouvernements à développer une politique qui protège les familles, qui permet la promotion de leur indépendance et qui encourage leur participation. « Dans ce sens », souligne la déclaration, « une société qui respecte les familles, des mesures économiques et écologiques spécifiques, la reconnaissance des contributions des familles dans des domaines sociaux, culturels et économiques sont indispensables ».

Les ONG se sont engagées à explorer les domaines où «des actions nouvelles et créatives pourraient être développées pour renforcer la famille et soutenir la vie familiale au profit de ses membres» et pour inaugurer «une nouvelle culture de partenariat» et de coopération pour « réaliser nos fonctions vitales dans l’intérêt des familles ».

Les thèmes-clés

En plus de la déclaration finale du Forum, les participants ont déclaré qu’un certain nombre de thèmes importants avaient été traités dans les discours et dans les ateliers. Parmi ceux-ci on peut citer : la reconnaissance de la portée de la famille comme pierre de touche de la société, l’importance de promouvoir l’égalité entre les sexes et le rôle-clé de l’instruction pour les femmes.

« Le bon fonctionnement de la famille dépend surtout des femmes », a dit Son Altesse Royale Sarvath El-Hassan, la princesse héritière de Jordanie, « l’instruction est la clé qui permet aux femmes de faire les bons choix ».

Alba Zizzamia, présidente du Comité des ONG pour la famille à New York, a souligné que le thème de l’espoir est nettement ressortie de la conférence.

« Beaucoup de gens ont prédit la mort de la famille depuis des années», nous rappelle Mme Zizzamia, qui est la représentante de l’Union mondiale des organisations des femmes catholiques auprès des Nations Unies. « Mais la famille survit toujours. De plus, beaucoup de monde s’intéresse à elle. »

La déclaration finale a souligné le fait que beaucoup de conférenciers ont demandé aux gouvernements de prendre plus de mesures pour protéger les familles. En même temps, le rôle clé des ONG pour travailler à renforcer la famille a été souligné de nombreuses fois.

« Les organisations internationales et les gouvernements doivent être encouragés à considérer les familles comme leurs partenaires les plus importants, la première ligne de défense et de protection contre tous les obstacles au bien- être des humains et les éléments de base des communautés, » a dit Richard Jolly, directeur adjoint des programmes des Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

« Pour ce travail, les ONG ont le pouvoir et la responsabilité, » a continué M. Jolly. « Leurs efforts à la base les rapprochent des familles et les mettent dans une position où ils peuvent encourager des changements d’attitude très importants.

Ils ont beaucoup d’influence sur les décideurs et, de plus, ils sont très bien organisés. Ils pourraient, par conséquent, beaucoup aider ce mouvement. »

Des témoignages d’estime

Pour récompenser le travail des diverses organisations et personnes qui ont contribué à promouvoir l’Année internationale de la famille, 100 « témoignages d’estime » ont été distribués par le Secrétariat AIF dans une cérémonie qui a eu lieu le 1er décembre. Trois de ces « témoignages » ont été décernés à la Communauté internationale bahá’íe et à ces représentants : un à la Communauté internationale bahá’íe en tant qu’entité, un à Jenny Field pour son travail pour le Comité des ONG pour la famille à New York et un à Bahia Ettehadieh pour son travail en tant que représentant bahá’í auprès du Comité des ONG pour la famille à Vienne.

« Le témoignage était simplement une reconnaissance du fait que nous avons parlé en public de la question de la famille et que nous avons déclaré notre engagement à attirer l’attention du monde vers la famille », a déclaré Mme Field. « Nous sommes vraiment très heureux d’avoir reçu ces prix et nous vous promettons de continuer notre engagement à promouvoir les questions concernant la famille. »

La délégation bahá’íe à la Conférence était composée d’environ 23 personnes venant de 13 pays. Ses membres étaient soit des représentants officiels de la Communauté internationale bahá’íe soit des membres des conseils nationaux bahá’ís, soit des professionnels de la famille qui sont bahá’ís.

« Plusieurs des thèmes qui sont ressortis pendant la Conférence étaient des idées que la Communauté bahá’íe a mis en valeur pendant des années, comme le besoin de former une alliance entre hommes et les femmes, qui serait un partenariat entre égaux, l’importance d’assurer aux femmes et aux filles une instruction semblable à celle des garçons et l’idée de base que la famille, comme pierre angulaire de la société, doit être en bonne santé si la société veut l’être », a souligné Mme Field



back to top




Page d'accueil | Langues | Recherche | A propos  | Nations Unies
 | Interreligieux | Profil | Perspective | Paix | Education | Arts
 | Développement | Livre | Environnement | Femmes | Prospérité mondiale | Droits de l'homme

La revue en ligne de la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright 2005 © par la Communauté Internationale Bahá'íe
Copyright and Reprint Permissions
Dernière mise à jour le 24/11/2017